Accéder au contenu

L'huile de colza






 

L'huile de colza, appelée huile de canola au Canada, est une huile végétale que l'on obtient par trituration de graines de colza.

 

Le colza est une plante annuelle oléagineuse de la famille des Brassicacées (crucifères). Le pressage de ses petites graines foncées donne une huile d’un jaune soutenu, aux arômes puissants.
 

Sa richesse en acides gras essentiels et en vitamine E (antioxydant) en fait une huile de grande qualité * : l’une des meilleures à consommer quotidiennement, avec l’huile de noix et l’huile d’olive. L’alternance entre les huiles est importante pour équilibrer les apports en acides gras.
 

L’huile de colza présente un ratio oméga 6/oméga 3 (2:1) ** idéal pour en assurer la bonne métabolisation et pour nous rapprocher de la valeur de 5:1 recommandée sur l’ensemble de notre alimentation.
 

Pressée à froid et non raffinée, elle est meilleure crue mais on peut la chauffer. Son point de fumée est autour de 120°C.
 

A marier avec un jus de citron sur des salades, à utiliser pure ou en mélange pour la préparation du houmous, de la mayonnaise, ou en filet sur les pommes de terre, les légumes vapeur ou les pâtes et enfin en pâtisserie, dans la pâte à crêpes, les gâteaux et les tartes.

A conserver à l'abri de la lumière.

 

* Composition :

Acides gras mono-insaturés : 61%
Acides gras saturés : 7%

Acides gras poly-insaturés : 32%

dont :
- Acide linolénique (oméga-3) : 11 -
- Acide linoléique (oméga-6) : 21
 

** Les huiles végétales figurent parmi nos principales sources d’acides gras polyinsaturés (oméga 6 et 3), indispensables à l’organisme. Les oméga 6 sont en effet précurseurs de composés inflammatoires nécessaires au système immunitaire tandis que les oméga 3 contribuent à la fluidité sanguine et à l’élasticité des vaisseaux sanguins. Mais ces deux AG doivent être apportés dans des proportions précises afin d’être correctement assimilés par l’organisme. Alors que le rapport idéal oméga 6/oméga 3 devrait être de 3 à 5, notre alimentation nous fournit en moyenne 12 à 14 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3.
 

d’après un article de Marie-Noëlle Delaby, Sciences et Avenir n°817, mars 2015